Sylvia, parcours d’une fille au pair

Sylvia, parcours d'une ex-fille au pair

Sylvia est arrivée en Australie avec un visa PVT et la ferme intention d’améliorer son anglais.

De fille au pair à la gestion d’un cabinet de chiropractie, d’un PVT pour l’Australie à la citoyenneté australienne, le parcours de Sylvia est riche en expériences.

Aujourd’hui maman, Sylvia a quitté Sydney depuis quelques années pour la côte nord du New South Wales où la vie y est paisible.

1er séjour en Australie : Fille au pair en PVT

[FICHE D’IDENTITÉ]

  • Habite à Ballina – Far North Coast NSW
  • Statut pro : entrepreneur
  • Secteur d’activité : santé
  • Situation perso : famille
  • Première expérience d’expatriation
  • Arrivée en Australie en : mai 2006
  • Visa à son arrivée : PVT / WHV
  • Son visa maintenant : citoyenne australienne

Sylvia débute son séjour en PVT à Sydney chez une famille australienne et en tant que fille au pair. Diplômée en psychologie, Sylvia avait aussi de l’expérience professionnel dans le monde de l’enfance. Elle a très vite su s’intégrer chez sa famille d’accueil. Son quotidien était partagé entre le temps consacré à s’occuper d’une petite fille, effectuer certaines tâches ménagères, se rendre à ses cours d’anglais et profiter de la vie. Peu de temps après son installation, deux bébés jumeaux fraichement nés rejoignirent le foyer ! Autant d’expériences qui ont permis à Sylvia de se mettre dans le bain de la vie australienne, de se plonger dans la culture de sa famille d’accueil et de progresser très rapidement en anglais.

Sylvia a également travaillé en intérim dans des crèches à Sydney en tant qu’assistante maternelle. Il est vrai qu’avec un peu d’expérience locale et un anglais correct les portes de l’emploi s’ouvrent plus facilement.

A l’issue de son année de WHV en Australie*, Sylvia prolongea son séjour en Australie avec un visa de tourisme. Elle dut retourner en France pour terminer son cursus universitaire et passer son Master en Psychologie. Mais son histoire australienne ne s’arrête pas là !

Retour en Australie et choix de carrière

Son Master en poche, Sylvia est officiellement psychologue… en France.

Elle décide de retourner vivre à Sydney et rejoindre son petit ami rencontré pendant son premier séjour australien. Elle obtient un visa de résidence temporaire De facto qui lui permet de s’installer en Australie avec le droit d’y travailler.

Vient le temps de réfléchir à sa carrière car exercer son métier de psychologue en Australie n’est pas gagné d’avance. Sylvia nous explique : « Pour être reconnu comme psychologue en Australie il faut avoir étudié 6 années à temps plein. Cela rentre directement en conflit avec le fait de détenir un diplôme français en psychologie puisque seulement 5 années d’études sont nécessaires. La première démarche à accomplir est de rentrer en contact avec l’APS – Australian Psychology Society qui décide de valider ou non l’équivalence des années d’études françaises pour le système australien. Si sa réponse est positive, l’étape suivante consiste à passer un test d’anglais – l’IELTS Academic et obtenir un résultat supérieur ou égale à 7 et cela pour chacune des quatre épreuves (écrit, expression orale, compréhension orale et lecture). En obtenant cet examen, on peut alors s’enregistrer auprès du NSW Board of Psychology. En revanche si l’APS ne reconnaît pas les études françaises équivalents aux 6 années d’études australiennes, il y a alors deux possibilités : passer un diplôme de Master australien ou effectuer jusqu’à 2 années de supervision avec des Psychologues praticiens avec des modules à étudier (ce délai dépend de l’expérience professionnelle de chacun). Dans ce cas aussi, il faut passer l’IELTS et obtenir 7 à toutes les épreuves pour pouvoir être enregistré auprès du NSW Board of Psychologist et avoir le droit de travailler en tant qu’interne. »

Bien que Sylvia ait toujours obtenu 7 de moyenne à l’IELTS, sa note de 6.5 à une seule des épreuves ne lui permit pas de s’enregistrer au NSW Board of Psychologist. Pleine de ressources et de curiosités dans un pays très ouverts aux soins alternatifs et holistiques Sylvia décida de mettre entre parenthèse sa carrière de psychologue pour s’adonner à d’autres disciplines : « J’ai toujours été attirée par les soins alternatifs justement très répandus en Australie et beaucoup moins tabous qu’en France. J’ai pu me former facilement aux soins énergétiques, au Qi Qong, à la méditation ou encore au yoga. J’ai aussi étudié les massages ce qui m’a permis de devenir massage therapist depuis plus de 6 ans maintenant. Ces pratiques sont « courantes » et très appréciées ici. Les gens recherchent un bien-être personnel et une manière de vivre plus détendue au quotidien. Dans la région où j’habite, cela se constate encore plus largement et j’apprécie cela énormément. »

Les valeurs de l’éducation à l’australienne

Lorsque Sylvia était fille au pair à Sydney, son immersion dans la vie australienne lui avait déjà beaucoup appris sur les valeurs familiales et d’éducation en Australie.

Fonder une famille lui a permis de faire des choix en s’inspirant de ses deux cultures. Vivre dans un autre pays c’est aussi parfois changer d’approche sur les manières d’appréhender l’éducation d’un enfant. Vivre en Australie et être originaire de France, c’est aussi puiser dans ce que l’on trouve de meilleur dans les deux approches : « En Australie j’ai compris que l’on préfère complimenter l’enfant et relever les choses qu’il fait de bien. Les mots sont aussi très utilisés pour démontrer à quel point on l’aime. J’aime beaucoup cette approche. En France, ou du moins d’où je viens, on reste plutôt réservé sur la communication affective à travers les mots et les paroles. Parfois cela mène à des situations telles qu’un enfant puisse grandir sans jamais avoir entendu qu’il est aimé par ses parents, qu’il vaut quelque chose à leurs yeux. J’élève aujourd’hui mon enfant de cette façon. Chaque jour mon enfant sait que je l’aime, que je l’admire pour certaines choses qu’il fait et que je suis fière de lui. »

La qualité de vie à Ballina

Après plusieurs années passées à Sydney et après être devenue tour à tour résidente permanente puis citoyenne australienne, Sylvia et son conjoint ont décidé de partir vivre dans des contrées plus reculées de l’Etat du New South Wales à la rencontre d’un style de vie plus détendu.

Lui chiropracteur, ils ont exercé ensemble dans un cabinet à Sydney avant de fonder le leur à Ballina, une petite ville dans la région des Northern Rivers dans le New South Wales, à 20 minutes au sud de Byron Bay. Sylvia jongle entre ses activités de masseuse, de gestion du cabinet et de maman dans un environnement qui semble apporter sérénité et bien être à leur vie quotidienne. Sylvia nous explique : « A Ballina le style de vie est très relax. Les gens vivent comme s’ils étaient en vacances toute l’année loin des rythmes à 100 à l’heure ! Nous vivons le long des côtes, nous sommes près de l’eau tout le temps ! Le surf est légion et représente certainement la plus grande activité sportive de la région. Une règle d’or ici : le bien-être et la qualité de vie passent avant le travail. »

Ses recommandations

Une promenade : j’aime bien me promener le long de la rivière à Ballina qui va du bout de Fox street jusqu’au centre du village/ville. Sur la route il y a plusieurs parcs de jeux (playgrounds), une piste de skateboard, une petite plage sans trop de vagues (idéale pour les enfants en bas âge), des aires de pique-nique et tout cela s’effectue en longeant le bord de l’eau… Parfois on peut même apercevoir des dauphins. Ce parcours nous mène au centre-ville ou on peut trouver cafés, restaurants et glaciers.
Une plage : nous habitons près de « Flat Rock ». J’aime cette plage car on peut parfois trouver des étoiles de mer, des petits poissons, des crevettes au milieu des rochers… et mon fils adore ça. Sinon la plage de Shelly beach est très belle et on y trouve une « rockpool » (piscine de mer) très prisée des enfants.
Un endroit très ambiance locale à ne pas rater : à Lennox Head il y a le Gelato café où se retrouvent tous les enfants après l’heure de l’école. Pas étonnant, les meilleures glaces de la région y sont servies ; elles sont artisanales à l’Italienne. Juste en face il y a un jardin d’enfant. Pour diner de très bons restaurants se situent dans le Ramada hotel à Ballina, près de la rivière.
Un plat que vous avez découvert et aimé en Australie  : ce n’est pas un plat mais des viennoiseries que j’adore et que l’on trouve beaucoup au moment de Pâques… les « Hot cross buns » je les fais moi-même maintenant et j’en raffole !
Un artiste australien  : Tina Arena.

Le mot de la fin

On a demandé à Sylvia ce que l’Australie lui a apporté ou a changé en elle…

Une paix intérieure, une nouvelle façon de vivre et de voir les choses de la vie, une ouverture d’esprit plus grande à la spiritualité, au bouddhisme et au soins alternatifs et surtout l’amour de ma vie qui s’est transformé en amourS de ma vie avec mon fils et ma fille à venir.

→ Pour prendre un rendez-vous au cabinet de Chiropractie tenu par Sylvia et son compagnon, vous pouvez vous rendre sur leur site internet : nrchiropracticballina.com.au

* WHV en Australie : WHV et PVT désigne le même visa. En anglais : WHV pour Working Holiday Visa et en français PVT pour Programme Vacances Travail.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s